Zayd : Abderrahmane AL LAJAI AL FASSI

14 ème siècle-Fes



Histoire :

Le savant. Abderrahman Al Lajaï est le fils de Solaïman Al Lajai. Son père Solaïman Al Lajai, dit Abou Rabië, était juriste. Abderrahmane, dit le savant, vivait au 14ème siécle. Surnommé Abou Zayd (écrit encore Zaïd ou zayd ), on retrouve la trace de Abderrahmane Al Lajai dans presque tous les livres d'histoire. Son nom est associé à la fameuse clepsydre (Magana, voir plus loin) et à Ibn Al Banna le mathématicien, qui a été son maître.
Fils d'un jurisconsulte de Fès, Abderrahmane a pu convaincre son père pour aller suivre l'enseignement scientifique d'Abi Abass Ahmed Ibn Al Banna à Marrakech. Il a suivi l'enseignement d'Al Banna (mort en 1323) qui a eu pour maître Al-Qadi Al-Murrakuchi (mort en 1282 ou 1283). Lequel Al-Qadi Al-Murrakuchi avait été formé par Ibn Mumin Al-Abdari (mort en 1228) qui laissa un livre intitulé Fiqh al-Hissab (la Science du calcul) dans lequel on trouve pour la première fois, dans l'histoire des Sciences, le fameux triangle arithmétique attribué à Pascal (mort en 1648, trois siècles et demi plus tard).
Abderrahmane s'est passionné pour les mathématiques. A son retour de Marrakech, Abderrahmane Al Lijaï a introduit à Fes les sciences, en particulier les mathématiques et l'astronomie. Fes était à l'époque plus spécialisée dans les études religieuses alors que Marrakech rayonnait dans les Sciences grâce à Ibn Al Banna.
Abderrahmane Abou Zayd occupait la chaire de mathématique de 1321 (et certainement à partir de 1323) à la médersa Al Attarine. Ibn Haydour a suivi ses cours au début de cette décénie (des années 1330). Ses deux principaux disciples Ibn Qunfudh et Ibn Haydour, ont diffusé ses cours dans leurs ouvrages respectifs. Ces derniers disaient explicitement qu'ils ne font que rapporter les paroles et l'enseignement de leur vénérable maître. D'ailleurs, c'est grâce a Abderrahmane Al-Lijai que sont connues la vie et l'oeuvre du mathématicien de Marrakech, Ibn Al Banna (voir La tradition du savoir par Mohamed Abdallagh, Fès médiévale).
Toute cette époque est consignée en partie dans les registres royaux et ceux des mainmortes des Habous.
Abderrahmane Abou Zayd est mort en 1371 (1370 selon le mémorial du Maroc), 773 de l'hégire.

bibliographie :

N.B. tous les historiens anciens et  chroniqueurs évoquent sa biographie:

Ibn Qunfud : Izzo Faqir wa Onsso El Haqir  ( 14 Siècle)

Ibn Qadi : Jadwa .( 16 siècle)

El Charratt :

Abdallah  Guennoun : Al Nobough Al Maghribi Fi Adab Al Arabi

M. Lamnouni : Feuillet de la Civilisation Merinide.

El Kattani : Al Salwa

Doc 1 : L'un des plus anciens manuscrits marocains , fin 14 siècle JC : Izzo Faqir owa Onsso El Haqir :

قال الشيخ الفقيه ابو العباس أحمد ابن الخطيب القسطنطيني فى أنس الفقير وعز الحقير

ًص68

كان شيخنا فى العلوم السماوية الشيخ الفقيه أبو زيد عبد الرحمان اللجائى , وهو ممن قرأ

عليه {يعني أبو البناء} يحدت عنه بالغرائب.فقال : وسبب قراءتى عليه أن والدى كان

يشدد على درس الفقه والاخذ بطريقته لأن والده من فقهاء فاس وهو ابو الربيع اللجائى,

من تلامذة القرافى وهو أول من أذخل مختصر ابن الحاجب فى الأصول الى المغرب وعنه

أخذ. قال لى: رأيت فى النجوم أنى صعدت الى السماء وأنا أقلب النجوم واحدا بعد واحد

فلما أصبح ناولنى نفقة وقال لى : اخرج الى مراكش وقصد ابن البناء وأطلبه فى علومه ففعلت

وكان اللجائى آية فى فنونه ومن أعماله أنه اخترع اسطرلا با ملصوقا فى جدار والماء يدير

شبكته على الصفيحة




Retour